Maison de la Traduction en Nouvelle-Aquitaine
Festival D'Un Pays l'Autre : «En commun» (Lille)

Festival D'Un Pays l'Autre : «En commun» (Lille)

59000 Lille - Divers lieux

du 7 au 11 octobre 2020

Les éditions de La Contre Allée poursuivent leur réflexion sur les enjeux de la traduction en proposant différentes rencontres dans le cadre du Festival D'Un Pays l'Autre qui se déroulera à Lille du 7 au 11 octobre 2020.

Sous le titre générique « En commun » le festival déploie un très beau programme de rencontres, ateliers, projection et discussions, sur quatre jours, avec en particulier une journée d'étude qui s'annonce passionnante :

Jeudi 8 octobre : JOURNÉE D'ÉTUDE
à partir de 9h30 à la Meshs, 2 rue des Canonniers, Lille
métro Gare Lille Flandres
Gratuit, réservation souhaitée par mail à contactlacontreallee@gmail.com


• 10h-11h Cartographier les langues par delà les frontières
Parcourir les cartes du monde pour saisir l’évolution historique de plusieurs milliers de langues et de dialectes maniés aux quatre coins du globe, voilà une entreprise ambitieuse à laquelle s’est attelé le géographe Jean Sellier dans son ouvrage Une histoire des langues et des peuples qui les parlent (La Découverte, 2019). 
Modération : Anne-Lise Remacle

• 11h-12h  Une page dressée comme une table de convives

 «Y trouve qui veut ce qu’il veut. Ce sont des amorces, l’important c’est qu’elles promettent». C’est sous l’égide de cette injonction à la découverte lancée par Roland Barthes que Myriam Suchet déploie L’Horizon est Ici, pour une prolifération des modes de relation (Éditions du commun, 2019), ouvrage expérimental dans lequel la littérature se révèle force créatrice de liens entre les textes, les êtres et les idées.
Modération : Dulia Lengema

• 14h - 15h30 La traduction comme expérience partagée
Un esprit de communauté, un “entre-deux” créatif se révèle parfois fructueux à l’activité de la traduction elle-même. La relation privilégiée et souvent unilatérale d’un auteur avec son traducteur peut ainsi s’ouvrir au travail en binôme. Que se passe-t-il alors quand l’échange entre deux sensibilités s’invite dans la traduction de textes pétris d’idiomatismes et de jeux sur la langue ? C’est ce dont viendront discuter, lors d’une table ronde les traducteurs Laurent Lombard, Laurence Kiefé et Jacques Jouet.
Modération : Dulia Lengema

• 15h30-16h30 Traduire pour régénérer les trésors
Que peut la plume d’un traducteur contemporain face à des œuvres centenaires connues de tout lecteur et qui font, au fil des décennies, office de patrimoine partagé, de récits communs ?
Josée Kamoun viendra nous éclairer sur sa retraduction plus directe et dépouillée d’un 1984 plus que jamais d’actualité (Gallimard, 2018). Elle échangera avec Jean-Jacques Greif dont la nouvelle traduction de L’Île Au Trésor (Tristram, 2018) dépoussière le filtre linguistique qui aseptisait, dans les précédentes traductions, le parler de ses pirates et aventuriers.
Modération : Anne-Lise Remacle

19h, Librairie L’Affranchie, 6 place Sébastopol
“Ce texte, il est ce qu’on a pu” : traduire un récit d’entre les genres
Lorsque l’engagement poétique devient indissociable de l’engagement politique, la réception, la traduction et la diffusion d’un texte se doivent d’être le fruit d’un travail collectif et militant. C’est ce dont a bénéficié le roman Stone Butch Blues de Leslie Feinberg (Hystériques et AssociéEs, 2019), véritable référence communautaire lesbienne et trans qui n’avait jusqu’ici jamais été éditée en français. Christine Aventin s’entretiendra avec l’éditrice et traductrice Noémie Grunenwald ainsi qu’avec deux des traducteurs.trices qui ont travaillé à rendre limpide les nuances politiques et émotionnels de ce roman d’apprentissage LGBT.


Toutes les rencontres du festival sont gratuites (sauf le film), quelques-unes nécessitent une réservation.

Consulter le programme détaillé en ligne sur le site de La Contre Allée, ICI.